Aux moins communes

Plus rares sans être exceptionnelles, d’autres glossites peuvent avoir pour origine :

7) un virus :

  • Citons le zona pouvant toucher la partie antérieure de l’hémilangue, ou encore, l’herpès caractérisé par des ulcérations punctiformes douloureuses succédant à un bouquet de vésicules passagères. Les cures de comprimés d’aciclovir (Zovirax), à titre curatif et/ou préventif, sont efficaces dans ce cas.
  • Les maladies infantiles (varicelle, scarlatine…) peuvent aussi s’accompagner d’une glossite.

8) un trouble de la kératinisation, une maladie métabolique ou de système :

  • C’est le cas des leucoplasies (taches nacrées sur le dos de la langue) n’entrant pas, ainsi qu’il a été dit, dans le cadre de cette étude,
  • ainsi que des lichens : le lichen plan, d’aspect variable, se présente comme « un enduit grisâtre disposé comme les mailles d’un filet » (2) ou « en feuille de fougère », en coulée, réseau « parfois peu visible, sauf sur les bords linguaux où les papilles sont absentes » (l). Il peut aussi se présenter sous formes de petites plaques dépapillées blanchâtres (comme des taches de bougie sur le dos de la langue), ou prendre une forme atrophique avec « zone centrale rouge, lisse, entourée d’une collerette blanchâtre où les stries de Wickham sont visibles », ou encore présenter une forme érosive et douloureuse (érosions bien délimitées et entourées du réseau typique) (l). Il peut être responsable de glossodynie. Le lichen plan, qui doit être surveillé, est habituellement soigné par corticothérapie locale et bains de bouche boratés, mais son traitement, de l’avis des médecins et des patients°, passe encore pour décevant. Il est également soigné dans certaines stations thermales et notamment à St Christau ou Castéra-Verduzan (voir notre page  » Glossopathies et cures Thermales « ). Une forme particulière de lichen (« réaction lichénoïde », « lichen atypique ») peut s’observer avec la prise de certains médicaments, mais régresse avec l’arrêt du traitement. (l)
  • … mais c’est aussi le cas du psoriasis lingual qui, selon plusieurs auteurs (2), ne formerait avec la glossite exfoliatrice marginée (voir détail ci-après) qu’une seule et même maladie. Comme cette dernière, le psoriasis lingual, évoluant par poussées, se signale par une langue géographique et fissurée.

9) un parasite : rarement. Possible si vous avez séjourné en Afrique, Amérique du Sud, Asie ou Extrême-orient: consulter un spécialiste des maladies tropicales.

10) diverses maladies générales :

  • Ces maladies, telles la glossite de Hunter signant une anémie pernicieuse (anémie de Biermer), n’entrent pas dans le cadre de notre Association.
  • Disons toutefois quelques mots du syndrome de Gougerot Sjögren, maladie auto-immune où à des problèmes linguaux (1) (« érythème marginal et dépapillation dorsale modérée au début ; atrophie papillaire marquée ensuite, avec aspect lisse puis progressivement lobule du dos de la langue ») sont associés divers symptômes et notamment une trilogie : sécheresse des yeux, de la bouche et des muqueuses en général (nez) et des problèmes d’arthrite. Il existe deux associations informant sur ce problème particulier : rapportez-vous à la page  » Qui Consulter ? « 

11) un trouble génétique : Il existe plusieurs glossites d’origine génétique et qui demeurent mal connues. Pour tout renseignement sur les maladies génétiques et leur transmission, il convient de s’adresser au Centre d’Information sur les Maladie génétiques de l’Hôpital Necker (voir page  » Qui Consulter ? « ).

  • La glossite rhomboïde ou losangique médiane : touchant de 0,28 à 1,39 pour cent de la population, elle s’observerait surtout à partir de 30 ans et se signale par un placard rose vif ou rouge, en losange, affectant la ligne médiane du dos de la langue. Autrefois considérée comme une anomalie congénitale du développement de la langue, elle pourrait en fait, selon certains auteurs, être acquise – déclenchée puis entretenue par une candidose chronique. (l) De pronostic bénin, (jamais de dégénérescence), elle ne cède toutefois pas nécessairement aux médicaments antimycosiques. Une affection similaire est parfois observée chez les diabétiques.
  • La glossite exfoliatrice marginée dite aussi langue géographique (voir article ci-dessous).
  • La langue fissurée ou plicaturée, accompagnant souvent la précédente (voir ci-après) Parce qu’elles peuvent se manifester dès l’enfance, et posent par là-même un problème particulier, nous avons choisi d’étudier à part ces deux affections.