Témoignages

En dépit des classifications théoriques, dans la pratique, vous l’avez constaté, les choses ne sont pas toujours simples – toute la difficulté du traitement des glossites tenant d’abord à la difficulté d’en cerner la nature et la cause… cette liste étant en outre loin d’être exhaustive. Difficulté qui dure parfois très longtemps, comme le prouvent les témoignages concordants de nos adhérents (glossites d’origine non génétique) :
• traitements décevants par anti-inflammatoires, ou encore corticoïdes locaux° (adhérente atteinte de lichen : « je ne peux manger que du mou, tiède de surcroît… A ce régime j’ai perdu 17 kg »)
• En revanche, plusieurs succès° de cures de levure de bière.
• Egalement intéressants, deux parcours très caractéristiques, dont le premier a abouti à une guérison complète° grâce à une cure de propolis, le second à une amélioration de plusieurs mois° grâce à une cure d’ lsoprinosine.
• Je suis effectivement victime de ce problème très handicapant, mais depuis maintenant près de 3 ans mon état s’est nettement amélioré. Après avoir consulté des dizaines et des dizaines de médecins, avoir fait des prélèvements et cherché d’où pouvait venir cette glossite qui n’était plus vivable, d’autant plus que cela a commencé lorsque j’avais 18 (j’en ai 26 aujourd’hui), j’ai finalement fait le lien avec certains aliments, le gluten et le lactose. J’ai donc totalement supprimé le gluten de mon alimentation, supprimé le lait et réduit ma consommation de laitages (fromage de vache…) et cela m’a vraiment soulagé. C’est le jour et la nuit. J’évite également d’autres aliments qui contiennent beaucoup de fructose comme les bonbons et boissons sucrées, les plats préparés et transformés qui contiennent de nombreux additifs ainsi que certains condiments comme l’oignon et l’ail crus. Avec tout ça et une bonne hygiène buccale (sans menthe), mon état s’est vraiment amélioré. L’intolérance au gluten n’a pas été révélé lors des prises de sang (je ne consommais déjà plus de gluten lors de l’examen) mais dès que j’en mange je suis en crise….En espérant que cela puisse aider d’autres personnes.
• Face à mes douleurs dans la bouche, mon médecin et mon dentiste étaient très perplexes et ne parvenaient pas à m’apporter de pistes et encore moins de solutions. C’est donc en lisant les pages du forum que j’ai compris ce que j’avais et surtout que j’ai pu comprendre que je n’étais pas complètement cinglée !Après avoir lu les avis de certains membres et après de multiples explorations médicales infructueuses, j’ai fini par demander une lettre de recommandation à mon généraliste pour consulter à la Pitié Salpêtrière. Début Janvier, j’ai rencontré là-bas un professeur qui m’a examiné et m’a conseillé d’entamer une psychothérapie et de démarrer une activité physique régulière. Après deux consultations chez le psy à la Salpêtrière, j’ai arrêté : trop loin de mon domicile, trop compliqué, trop déprimant. Et en plus, cela m’obligeait à focaliser mon attention sur un problème que je voulais oublier. En revanche, je me suis inscrite dans une salle de sport, j’ai pris consciencieusement 6 cachets d’euphytose par jour et ne suis plus sortie sans un paquet de chewing gum. J’ai rapidement constaté une amélioration. Fin février-début mars, je n’avais pratiquement plus mal ni aucune gêne, ce qui ne m’était pas arrivée depuis fin aout. En revanche, j’ai remarqué que les gênes revenaient un peu avant et pendant les menstruations et en période de stress. Depuis, j’ai également évité au maximum le dentiste. J’ai dû y retourner au début de ce mois pour poser une couronne et les « gratouillis » dans les gencives sont revenus pendant 2-3 jours après chaque visite chez le dentiste. Donc aujourd’hui, je ne suis toujours pas capable de comprendre l’origine du problème : psychosomatique, allergique, hormonal….En revanche, il semblerait que la « parade » du sport ait été efficace avec moi jusqu’alors. J’espère que ces quelques éléments pourront apporter un peu d’aide à certains.
• Témoignage du Docteur Aparicio Bonjour Madame, Ça va mieux (6 mois environ de symptômes). Le seul traitement vraiment efficace que j’ avais eu était le Séroplex ( anti-dépresseur ) , que j’ ai arrêté au bout de 15 jours car effets secondaires ….à l’ arrêt , la pathologie avait recommencé, mais c’ est petit à petit amendée ….sans disparaitre complètement, mais très vivable…Du point de vue médical, mes multiples consultations m’ont amené auprès de 2 personnes compétentes: le Dr Jeandel (consultation de médecine interne hôpital Archet Nice service Pr Fuzibet ), et le Dr Raybaud ( consultation urgences dentaires hôpital st-Roch Nice ). Cela dit, je suis à votre disposition téléphoniquement si je peux vous aider (je suis pédiatre à la retraite, et, ayant malheureusement bien bourlingué dans le traitement de la douleur, je sais quelques trucs…).Merci pour tout. Dr Aparicio (Demander le numéro de téléphone par mail aldfespoir22@laposte.net).
• Egalement intéressants, deux parcours très caractéristiques, dont le premier a abouti à une guérison complète° grâce à une cure de propolis, le second à une amélioration de plusieurs mois° grâce à une cure d’ lsoprinosine.
Vous trouverez le premier témoignage à la fin de l’article :  » La Propolis «. Voici donc le second. (L’Isoprinosine, immunorégulateur dont il est question dans ce témoignage, donne des résultats inconstants et variables selon les personnes (13). Une nette accalmie de plusieurs mois – ce qui est déjà appréciable – rechute par la suite (accoutumance ?) dans deux cas°. Même constatation pour l’Alodont.) Cette glossite est soupçonnée être d’origine allergique (rouge à lèvres ?)

« LANGUE en FEU …..
• Début des douleurs – Novembre 1963. Diagnostic : Glossite
• l er médicament ordonné par un dentiste : Lyso 6. Le dentiste a limé les incisives au cas où il y aurait quelques aspérités. Pas d’amélioration.
• Je suis allée voir un O.R.L. sur son conseil. Anesthésie du bout de la langue et pointes de feu : papilles enflammées. Résultat : Traitement douloureux, amélioration passagère. Pendant quelques années j’avais des accalmies mais les douleurs étaient plus vives au printemps et en automne. Pourquoi? Ma question est restée sans réponse.
• Ensuite mon Généraliste m’a donné du Gel buccal : Daktarin. Pas d’effets-
• J’ai consulté un Allergologue. Pas de traitement, ce n’est pas une allergie.
• Puis un 1er Stomatologue. « Madame ce n’est pas grave vous n’êtes pas la seule, ce n’est pas un cancer, évitez de manger des noix, noisettes, amandes, des ananas, des bananes, du miel. Je ne peux rien pour vous. A la rigueur vous essaierez de prendre des gouttes de teinture de Jaborandi: 20 g. 3 fois par jour. Pas d’effets.
• Puis un 2 ème Stomatologue. Je devais sucer des pastilles de Betneval: 1 toutes les 2 heures pendant 6 jours. Puis un prélèvement buccal. Découverte d’un champignon Candida. Traitement : Fungizone – 1 cuillère à café matin midi et soir pendant 3 semaines. Bains de bouche avec du Bicarbonate de soude.
• Entre temps je faisais des applications de Pyralvex. Je suçais des pastilles de Glossithiase et d’Imudon.
• 2 ème Visite chez le stomatologue. Application de Pansoral et de Xylocaïne.
• 3 ème Visite chez le stomatologue. C’est peut-être de l’Herpès. Soins : Comprimés de Zovirax qui m’enlevaient la douleur par moment mais pas le mal. Je reconnais que les aphtes au bout de la langue pouvaient être confondus avec des boutons d’Herpès.
• Visite chez un O.R.L – le 29.2.96. Traitement : Isoprinosine – 2 comprimés aux 3 repas pendant 5 jours chaque mois pendant 6 mois.
• Le 1er Juin sera le 4 ème mois. J’ai eu une amélioration très nette au bout du 2 ème mois, sauf une récidive entre temps.
• Dernièrement mon Dentiste m’a conseillé des bains de bouche de : Alodont, 2 fois par jour pendant 15 jours. Ce que je fais consciencieusement. Depuis une semaine je ne souffre plus, je n’ai même pas de brûlure dans la bouche ni aux lèvres. J’apprécie beaucoup ces accalmies, n’arrivant plus à croire à une guérison. Question nourriture : le gruyère est banni, le thé, la salade ainsi que les acidités sont à éviter. Pour la coquetterie : le rouge à lèvres, je l’ai supprimé, car il m’occasionne des brûlures aux lèvres et le mal de langue revient petit à petit.