Glossopathies et médecines douces

Aromathérapie: L’action des préparations à base d’huiles essentielles (qu’il serait plus exact d’appeler essences de plantes), présente sur celle de ces dernières l’avantage d’être beaucoup plus puissante. D’ailleurs on ne les emploie qu’au compte-gouttes ! Pour cette raison, et également parce qu’elles peuvent se révéler irritantes ou allergisantes, ou encore toxiques à haute doses, elles doivent être choisies et utilisées en suivant les conseils d’un phytothérapeute ou un aromathérapeute. Ces substances, grâce à leurs propriétés cicatrisantes, anti-inflammatoires, antiseptiques… permettent de traiter le terrain de la bouche : certaines comme le romarin, la lavande, le calendula, sont utiles dans le traitement des aphtes, d’autres comme la girofle contre les gingivites… Le géranium s’emploie quant à lui dans certains cas de glossite. Dans tous les cas, évitez l’automédication.

Oligothérapie et homéopathie: Ce sont aussi des médecines visant à modifier en profondeur le terrain des personnes malades. L’oligothérapie associée à la vitaminothérapie peut à long terme donner de bons résultats, comme le prouve le cas d’une lectrice de Belgique° : cette lectrice souffrant d’une glossodynie accompagnée d’anomalies variées : langue en carte de géographie, aphtes, points rouges.., définie par son médecin O.R.L. comme « une atrophie des muqueuses provoquant des névralgies » suit donc depuis de longs mois, avec persévérance, un traitement à base de vitamines E, A et d’oligo-éléments, et constate avec satisfaction une amélioration progressive, durable et nette de ses douleurs.

Nous vous indiquons donc le détail de ce traitement :

  • 1) Rovigon (vitamines A + E) 1 comprimé deux fois par jour.
  • 2) Oligosol : zinc, Cuivre et Manganèse 1 prise à jeun le matin.

« Ce médecin, écrit-elle, m’a certifié que la guérison est possible, mais il faut être armé de patience. »

Kinésiologie: un cas d’amélioration signalé.

Homéopathie: Voyez notre page  » Qui consulter ?  » pour la région parisienne. Quelques cas d’amélioration signalés parmi de très nombreux essais°. L’un chez une lectrice dont l’ordonnance, à l’évidence très personnalisée, ne comporte pas moins de trente médicaments ! « Avec ce traitement le mal est moins accentué.» L’autre grâce à un traitement entrepris depuis trois mois, résultat : « Je souffre moins, c’est très espacé, je suis plus détendue.» Cette dame qui souffrait depuis six ans pense qu’un choc nerveux a déclenché son mal.

Selon une thèse de médecine consacrée à ce sujet, c’est Aconitum Napellus qui serait le médicament spécifique des névralgies du trijumeau.

Cures thermales: plusieurs témoignages de satisfaction à la suite de cures à Néris, Marlioz, St Christau ou Castéra-Verduzan. Voir au chapitre : « Glossopathies et cures thermales « .

Acupuncture: nombreux essais, peu de témoignages positifs parmi nos lecteurs en dépit d’essais prolongés sur plusieurs mois. ° L’acupuncture dentaire est pratiquée à l’hôpital Cochin.

Mésothérapie: de l’avis même des spécialistes, cette technique ne semble malheureusement pas donner, dans les cas de glossodynie, les résultats espérés.